Lorsqu’une demande de soins nous est adressée, nous l’intégrons dans le dossier informatique. Ce dossier est traité en séances hebdomadaires tous les mercredis. Travaillant dans le cadre d’un système de référence, la personne qui se charge de la pris en soins va prendre contact avec la personne et son médecin afin de clarifier la demande.

Nous prenons contact avec la personne et fixons un premier rendez-vous, habituellement chez elle. En collaboration avec cette dernière, nous établissions une première évaluation du besoin en soins permettant de définir la manière dont nous allons travailler ensemble. Usuellement, au début de la prise en soins, la fréquence des entretiens est proposés à une fois par semaine. Ce premier entretien nous permet d’établir le mandat médical qui sera soumis pour approbation du médecin traitant, puis envoyé à l’assurance-maladie pour validation.

Les soins qui se mettent ainsi en place sont basés sur la collaboration et l’acceptance réciproque du travail en commun. En tout temps la personne ou nous-mêmes pouvons mettre fin au suivi si ce dernier ne correspond plus aux attentes ou conditions permettant de poursuivre.

La durée d’intervention est en général de 60 à 70 minutes Une fois la fréquence de travail établi cette dernière évolue en fonction de la situation et du besoin soins. Ainsi il est possible lors de moments difficiles d’avoir une fréquence d’intervention de deux fois par semaine, les entretien téléphonique de crise sont également possible. Lorsque la situation le permet une diminution de la fréquence des entretiens à 15 jours voir un mois. Au-delà de cette fréquence, sauf cas particulier, nous estimons que le besoin en soins infirmiers en psychiatrie n’est plus requis.

À la fin du premier mandat médical, lorsque le besoin en soins est toujours présent, nous pratiquons une évaluation partagée du besoin en soins. Dans le cadre des soins de longue durée, il n’y a pas de limite fixant un nombre de mandats. C’est le besoin en soins requis qu’il a définis.

Durant les soins en fonction du besoin et de la volonté de chacun nous pouvons intégrer des réseaux avec le médecin, les proches ainsi que les intervenants pluridisciplinaires.

Lorsque le besoin en soins infirmiers en psychiatrie n’est plus nécessaire, en partenariat avec le patient et son médecin, nous stoppons le suivi infirmier. 

Bien entendu s’il advenait que la situation le requiert à nouveau, une nouvelle prise en charge pourra se mettre en place.